Brigitte de Nolières
                                
Brigitte de Nolières
Extraits du recueil "Réflexions faites" :

5 mai 2002

Monsieur le Président, si je vous interpelle
En ce jour de succès à la présidentielle,
C’est pour vous rappeler qu’autour de votre nom,
C’est le peuple français qui a su dire NON.

Non à l’intolérance, à l’esprit de vengeance,
Non à la délinquance, à l’esprit de revanche,
Non à tous ces peureux qui veulent matraquer,
Non à ces rancuniers qui ne peuvent oublier.

Puisque vous êtes là par notre volonté,
Rappelez-vous toujours que vous avez gagné
Le droit de soutenir, le droit de rassembler,
Le droit à la clarté et à l’intégrité.

Le peuple en a assez de tous ces politiques
Qui font leur cinéma à grands coups de répliques.
La France n’a pas besoin de tous ces ambitieux
Qui veulent être élus pour ne penser qu’à eux.

La France a trop souffert depuis quelques années
De tous les sacrifices qu’on lui a imposé,
Tantôt, c’est pour l’euro, tantôt pour le sida,
Tantôt pour les exclus qui ont baissé les bras…

Le peuple laborieux en a assez de voir
Les êtres miséreux poussés au désespoir.
Les français travailleurs ne peuvent supporter
Qu’une partie d’entre eux soit toujours assistée.

Vous n’avez plus le temps de remettre en question
Les lois et les décrets, toutes les décisions,
Qui depuis des années ont établi les bases
De notre société malade et misérable.

Vous n’avez plus le droit de constamment défaire
Ce que les autres élus ont fait pour satisfaire
L’attente des plus humbles et des plus démunis
Qui malgré nos efforts, sont encore affaiblis.

Vous n’avez plus le droit de ne pas nous entendre.
Vous n’avez plus le droit de ne pas nous comprendre.
Vous avez le devoir de faire respecter
Les citoyens honnêtes de toutes les cités.

Redonnez donc l’exemple au lieu de profiter
De votre position d’élu privilégié.
Unissez les français autour d’un objectif,
Et déclarez la guerre à tous les inactifs.

5 mai 2002

 
Brigitte de Nolières